Lauréats des Prix SOFCOT et CNGOF 2013

Retour à la liste des actualités >>

17-01-2014

Lors des congrès SOFCOT et CNGOF, Sham a remis 5 Prix en faveur de la prévention des risques.

En décembre dernier,lors du congrès SOFCOT - Société Française de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique, Sham a remis un Prix au Dr Philippe CHIRON pour son travail sur le « Portage nasal du staphylocoque : prévention du risque ».

Et, lors du congrès CNGOF - Collège National des Gynécologues et Obstétricien Français, 4 Prix ont été remis par Sham :

à l'Hôpital Jean-Verdier (AP-HP) à Bondy pour une étude sur la « validation externe de l’Endometriosis Fertility Index : vers une prise en charge personnalisée des patientes endométriosiques infertiles opérées » réalisée par J. B. Boujenah et CP Poncelet.

EXTRAIT DE L'ETUDE:

  • Introduction : La prise en charge post opératoire des patientes infertiles endométriosiques ne repose pas sur un haut niveau de preuve scientifique. L’Endometriosis Fertility Index(EFI) a été proposé comme score anatomo-clinique pour prédire la fertilité spontanée des patientes ayant bénéficié d’une chirurgie. Il inclue des critères anamnestiques et chirurgicaux. Cette étude a pour premier but de réaliser une validation externe de ce score et d’identifier les facteurs prédictifs de conception spontanée. L’objectif secondaire est d’évaluer le taux cumulé de grossesse d’une prise en charge combinant chirurgie et AMP. Type d’étude : Rétrospective entre 2004-2012
  • Patients/Matériels et méthodes : Dans cette série, 417 patientes ont bénéficié d’une chirurgie pour infertilité et endométriose et d’un calcul du score EFI. L’analyse de la fertilité spontanée post-opératoire, sur 18 mois, a été effectuée sur 346 patientes. Ce résultat a été corrélé au score EFI. Les facteurs pronostiques de grossesse spontanée et l’identification d’un groupe d’excellent pronostic ont été recherchés. Nous avons calculé le taux cumulé de grossesse et la part respective de la chirurgie et de l’AMP. Les modalités d’obtention d’une deuxième grossesse après une première obtenue par AMP ont été observées.
  • Résultats : Une association significative entre grossesse naturelle et le score EFI simplifié en 5 classes a été observée. Le Least Function score et la résection complète des lésions ont été identifiées comme facteurs prédictifs de grossesse spontanée. Le bénéfice de la résection complète des lésions est d’autant plus élevé que l’endométriose est l’unique facteur d’hypofertilité. Le taux cumulé de grossesse à 18 mois est de 78.8 %. Une corrélation inverse entre le pronostic de fertilité spontanée et le bénéfice de l’AMP a été observé. En cas de seconde grossesse après une première par FIV-ICSI, une conception spontanée a été observé dans 46% des cas.
  • Conclusion : Notre étude montre une validation externe du score EFI. Utiliser l’EFI dans le conseil de ces couples, à l’issue de la chirurgie est à envisager. Le taux cumulé de grossesse plaide en faveur d’une approche individualisée et combinée de la chirurgie et de l’AMP.

au CHU d’Angers pour une étude sur la « Politique d’utilisation de l’acide tranexanique pour traiter l’hémorragie du postpartum après un accouchement voie basse » réalisée par P. E. Bouet, V. Ruiz, S. Madzou, P. Gillard, P. Descamps et L. Sentilhes.

EXTRAIT DE L'ETUDE :

  • Objective : to determine whether a policy of administation of high-dose tranexamic acid (TA) at the time of diagnosis of postpartum hemorrhage (PPH) could reduce blood loss after vaginal birth. Type of study : uncontrolled before-after unicentred study.
  • Methods : from January 2011 to August 2011, the control group included all patients with PPH ? 500 mL after vaginal birth without use of TA. From September 2011 to March 2012, the TA group included all patients with PPH ? 500 mL after vaginal birth. Since the publication of the EXADELI trial (Crit Care 2011) our protocol for the management of PPH has included in September 2011 the use of high-dose TA (4g of TA intravenously then 1g/h over 6 hours) from 800 mL of blood loss after vaginal birth. The primary objective was to assess the efficacy of policy of high-dose TA administration in the reduction of blood loss in PPH.
  • Results : the maternal characteristics did not differ between the two groups. The mean estimated blood loss was not significantly lower in the TA group (n=138) compared to the the control group (n=151) (respectively 915.7+/-321mL versus 944.8+/-313,8mL; p = 0.47). The difference between predelivery hemoglobin and postdelivery hemoglobin tended to be lower in the TA group (-2.6 g/dL+/-1,2 versus -2.9 g/dL+/- 1,3 ; p = 0,09) without significance. In the TA group, postpartum iron sucrose injection was significantly less frequent compared to the control group (2.2% vs 9.9% ; p < 0,05). No thrombo-embolism event occurred in both group. A subgroup analysis among women who had an estimated blood loss ? 800 mL (indication of a TA administration) showed no significant difference between the two groups.
  • Conclusion : a policy of high-dose TA after a vaginal delivery was not associated with a significant reduction of blood loss. However, its use was associated with a significantly reduced postpartum iron sucrose injection use in this before-after study.

à la Maternité Saint Vincent de Paul (Groupement des Hôpitaux de l'Institut Catholique de Lille) pour une analyse sur « le développement et évaluation d’un programme d’e-learning de l’analyse du rythme cardiaque foetal », réalisé par Agathe Houzé de l’Aulnoit, SB Samuel Boudet, RD Romain Demailly, AD Aline Delgranche, et DHA Denis Houzé de l’Aulnoit.

EXTRAIT DE L'ETUDE :

  • Introduction : Pour améliorer le dépistage de l’acidose fœtale, le Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français (CNGOF) a émis en 2007 des recommandations à propos de la surveillance du rythme cardiaque fœtal (RCF) pendant le travail, concernant l’analyse des paramètres d’un tracé RCF et son classement en 5 groupes à risque croissant d’acidose fœtale. Ces recommandations ont pour but de diminuer la variabilité inter- et intra-individuelle de l’analyse grâce à un langage commun et une grille d’évaluation unique. Dans ce cadre, a été mis au point un logiciel d’apprentissage de ces recommandations.
  • Matériels et méthodes : Nous avons réalisé une étude « avant-après » de 10 tracés de rythme cardiaque fœtal analysés par 55 élèves de maïeutique, randomisés en deux groupes. Les tracés ont été notés selon une grille d’analyse établie selon les recommandations et cotée de 0 à 10 points.
  • Résultats: Les deux groupes avaient des notes similaires lors du test Avant. Le gain d’apprentissage de la méthode classique a été de + 1 point (ICinf à 99% = 0,44 point). Le gain d’apprentissage de la méthode informatisée a été de 2.5 points (ICinf à 99% = 2 points) ; cette dernière s’est révélée significativement supérieure à la première (punilatéral < 105).
  • Conclusion : Le logiciel d’apprentissage « e-RCF » s’avère être un outil utile et pertinent pour les apprenants et correspond aux exigences pédagogiques actuelles. Ce programme à visée pédagogique comptera à terme une banque d’entrainement de plus de 200 tracés annotés et groupés, avec la possibilité de sélectionner des tracés selon leur niveau de difficulté et/ou selon leurs caractéristiques ; il permet également une classification automatique. Ce logiciel d’apprentissage sera accessible sur Internet en session libre, en session dite « examen blanc ». Il propose également un mode « école » avec une version « examen » destinés aux Ecoles de Sages-femmes. Un axe de développement du logiciel sera la constitution de dossiers cliniques avec l’inclusion des paramètres de la grossesse, la dynamique du travail, la conduite à tenir selon le groupe d’acidose pour le diagnostic de l’hypoxie fœtale.

Hôpital Paule de Viguier (CHU de Toulouse) pour une étude sur le « Burnout en maternité de niveau III, étude des soignants de l’hôpital Paule de Viguier » réalisé par A. Hastoy, B. Guyard-Boileau, F. Hérin, O. Parant et C. Vayssière (Prix Mahieu Caputo)

EXTRAIT DE L'ETUDE :

  • Objectifs : Evaluer le taux de burnout parmi les médecins et sages-femmes autour d’une unité de lieu (la salle de naissance d’une maternité de niveau III) et dégager des facteurs associés au burnout.
  • Méthode : Un auto questionnaire anonyme a été adressé par internet à l’ensemble des médecins obstétriciens, anesthésistes, pédiatres et aux sages-femmes travaillant en lien avec la salle de naissance. Les échelles utilisées comprenaient le Maslach Burnout Inventory, l’échelle de qualité de vie SF-12, l’échelle de dépressivité HAD-D, le questionnaire de Siegrist d’évaluation du vécu du stress au travail et des questions propres à notre étude y compris sur l’auto-déclaration des erreurs.
  • Résultats : Sur 168 questionnaires envoyés, 143 réponses ont été obtenues soit un taux de participation de 85%. En prenant pour définition du burnout, une à trois dimensions touchées sévèrement parmi l’épuisement émotionnel, la dépersonnalisation et la baisse de l’accomplissement personnel, on trouve 39% de soignants en burnout au sein de notre population. 6 soignants en burnout présentent un score sévèrement touché dans les trois dimensions. Il n’y a pas de différence significative du taux de burnout entre médecins et sages-femmes ni de différence en fonction de l’ancienneté dans la profession. 50% des soignants de notre population globale présentent un déséquilibre du ratio efforts/récompenses toute profession confondue. 14,29% des soignants en burnout déclarent faire des oublis ou des prises en charge incomplètes régulièrement contre 5,75% des soignants non en burnout (p=0,009). L’analyse multivariée révèle que les facteurs associés significativement au burnout sont : un score de santé mentale bas (OR=0,94 [0,91-0,98]), une fréquence augmentée des prises en charge non optimales déclarées (OR= 3,96 [1,08-14,47]) et l’altération du maintien de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée (OR= 2,43 [1,03-5,69]).
  • Conclusion : Le burnout peut toucher chaque soignant quelque soit sa catégorie professionnelle et son ancienneté dans la profession. L’association du burnout à la fréquence augmentée de prises en charge non optimales est un argument médico-légal et économique pour mettre en place des mesures de prévention du burnout.