Aller au contenu principal

menu
Menu

Nos experts partagent leur connaissance de l’environnement et vous accompagnent dans la compréhension des sujets d’actualités.

Retrouvez l'ensemble des publications de Sham.

Sham

2 min | le 17/12/20

L'inondation, un risque maîtrisable

Plus d’un mois après la tempête Alex qui a ravagé les vallées de la Roya, la Vésubie et la Tinée, l’accès à certains villages est toujours difficile voire impossible en véhicules, les routes n’étant pas encore sécurisées. De nombreux bâtiments ont été détruits ou rendus partiellement ou totalement inexploitables y compris un des hôpitaux de Tende, le lit de la rivière coulant à présent dans les sous-sols de l’établissement et dont la structure n’est plus à ce jour soutenue que par un seul des trois pilotis initialement présents.

Le phénomène est d’autant plus dramatique qu’il n’était pas prévisible d’après les données de Géorisques (site gouvernemental géré par la BRGM) pour des villages comme Tende où aucun sinistre antérieur n’est notifié et où le risque inondation n’est pas jugé important. Aucune mesure spécifique n’avait donc été mise en place. 

Bien-sûr, traiter la probabilité d’une inondation sur tout le territoire n’aurait pas de sens, le ratio bénéfices/risques n’étant pas suffisant.  Par contre, prendre en compte le risque lié aux inondations lorsque celui-ci est connu et mettre en place des mesures de prévention adéquates dans les établissements s’avèrent indispensables.

Quelles sont ces mesures ? 


Tout d’abord sur le plan préventif, il est primordial que les bouches d’égouts soient régulièrement nettoyées notamment en période automnale avec la chute des feuilles. De même, les pompes de relevage installées doivent être entretenues et testées régulièrement. 
De plus, un investissement peut être réalisé sur les moyens de protection en fonction de la faisabilité et du coût des travaux. Par exemple, certains établissements construits sur des zones inondables ont leur bâti cuvelé ou sont dotés dans les étages inondables de portes de locaux et de couloirs étanches. D’autres ont opté pour la surélévation et parfois même le déménagement de leurs matériels électriques et stratégiques tels que groupes électrogènes, chaudières, autocommutateur, local informatique… dans des zones hors d’eau. 


Au plus près de l’alerte, un moyen peu onéreux consiste à placer des batardeaux mobiles au niveau des accès, seules les glissières pour les disposer doivent être placées en amont. Lors d’une inondation en octobre 2018 dans une maison de retraite, une partie des eaux est entrée par les trappes de désenfumage. Des protections peuvent également être mises en place à ce niveau pour empêcher cette éventualité en cas d’alerte imminente. 
Enfin d’un point de vue organisationnel, disposer de moyens permettant de connaître le plus en amont possible la survenue d’un évènement climatique sont des atouts majeurs pour prendre les bonnes décisions (suivi des bulletins météo, alertes SMS par exemple). En parallèle, il est impératif d’informer le personnel sur le risque, sur les moyens mis en œuvre par l’établissement voire de les former à la mise en place des moyens mobiles lors d’une montée des eaux. 
En cas de sinistre, le plan de continuité d’activité (PCA) à jour et testé en amont permet d’augmenter la résilience de l’exploitant et de minimiser l’arrêt d’activité éventuel. En termes de logistique (blanchisserie, cuisine, stérilisation, pharmacie), des contacts voire des conventions doivent être envisagées avec d’autres prestataires. Les coordonnées de loueurs de matériels type groupes électrogènes mobiles, de véhicules frigorifiques ou de transport… sont à intégrer à ce PCA. En dernier recours, une assurance pour pertes d’exploitation apporte à l’établissement la garantie de gérer le risque résiduel et d’assurer une complète maîtrise de la crise.