Aller au contenu principal

menu
Menu

Nos experts partagent leur connaissance de l’environnement et vous accompagnent dans la compréhension des sujets d’actualités.

Retrouvez l'ensemble des publications de Sham.

Sham

4 min | le 15/03/17

Recrudescence des vols de matériel médical dans les établissements de santé

Sources de convoitise de filières malveillantes parfaitement organisées, vos endoscopes et autres matériels onéreux sont la cible de vols ambitieux, répétés et parfaitement orchestrés. Agissez avant les voleurs !

Petits, onéreux, légers, votre matériel de santé a tout pour faire des envieux

Au regard de la valeur de ces bijoux de technologie dont le prix peut varier de 30 000 € à 160 000 € selon les modèles, l’attractivité de ce type de matériel pour les voleurs est évidente.

En France, l’hécatombe se poursuit. Depuis 2008 l’actualité fait régulièrement état de vols à répétition de matériels médicaux dans les établissements de santé.

Voilà pourquoi le Ministère la Santé a raffermi ses exigences de sécurité contre la malveillance envers les établissements de santé en France.

A chaque fois, les endoscopes sont prisés.

Dans certaines affaires, le préjudice a atteint 1,5 Millions d’euros. Plus récemment, un gang spécialisé dans le vol de matériels médicaux de pointe a été arrêté.

Néanmoins, les vols sont en recrudescence. En décembre 2016, un établissement de santé de la région Rhône-Alpes est « délesté » d’une douzaine d’endoscopes pour un préjudice évalué à 360 000 €.

En mars 2017, c’est dans un service de médecine gastro-entérologie d’un établissement de Haute-Saône que les malfaiteurs ont de nouveau sévi. Les matériels médicaux tels que les endoscopes, processeurs vidéo et sources de lumières sont subtilisés. Le préjudice est vertigineux, 800 000 € ! Preuve que les filières malveillantes sont plus que jamais actives !

 

Bien plus qu’un préjudice financier

recrudescence des vols de matériel en établissement de santé

Le préjudice financier est certes exorbitant, mais que dire de l’impact sur les organisations et la mise en tension des équipes, stressées par l’urgence de trouver une solution.

La situation est comparable à une véritable gestion de crise (gestion des reports d’intervention, travaux de remise en état, démarches administratives…) et s’apparente aussi à la mise en œuvre d’un plan de continuité d’activité. Dans les faits, la réactivité et la solidarité des établissements voisins (prêt de matériel par exemple) ont permis d’éviter la rupture de l’activité.

 

Nos conseils pour compliquer la tâche des malfaiteurs : de la technique et des hommes

L’hôpital est ouvert au public, ce qui en fait une cible privilégiée.

Les dispositifs techniques ne manquent pas :

  • Vidéosurveillance,
  • contrôles d’accès (badgeuses, digicodes, verrous mécaniques),
  • moyens d’ancrage des matériels (pour les plus gros matériels car non adaptés pour un échographe léger ou un endoscope),
  • puces RFID avec possibilité de géolocalisation (identification par radiofréquence du linge par exemple),
  • un dispositif de fumée couplé au déclenchement de l’alarme anti-intrusion.

Toutes ces mesure constituent un arsenal efficace mais coûteux et, somme toute, parfois insuffisants. Ils ralentissent la progression des voleurs mais ne dissuadent pas les plus chevronnés.


Une autre solution existe, efficace mais tout aussi coûteuse, le déploiement d’agents de sécurité. Cette solution n’est valable que si elle est pérenne, hors, à l’heure où les hôpitaux sont à la diète budgétaire, ce genre de dispositif est le plus souvent temporaire et de fait, d’une efficacité limitée.

C'est pourquoi il est intéressant pour les établissements de santé de savoir si un agent de sûreté peut-être un agent de sécurité incendie, solution déjà envisagée afin de diminuer les coûts et de mieux s'inscrire dans le budget serré des établissements de santé.


Ces réseaux organisés préparent avec minutie leurs méfaits en réalisant, au préalable, une reconnaissance de l’environnement et des habitudes du service ciblé (pas d’improvisation, à moins d’être bien renseignés…).

Votre meilleure défense réside dans votre organisation. L’implication collective du service combinée aux dispositifs techniques sauront compliquer la tâche des malfaiteurs.

Comment ?

  1. En cartographiant les zones susceptibles de compter les matériels médicaux les plus onéreux et transportables facilement (cas des endoscopes !). Cette démarche permettra une hiérarchisation des zones potentiellement plus exposées au risques de vol et une priorisation des actions,
     
  2. En vous appuyant sur le PSE (Plan de Sécurité d’Etablissement, Cf Instruction n° SG/HFDS/2016/340 du 4 novembre 2016 relative aux mesures de sécurisation dans les établissements de santé),
     
  3. En sensibilisant le personnel présent dans ces zones (et pas que les utilisateurs dudit matériel), par un bref rappel de l’actualité et aux forts impacts négatifs liés aux vols de matériel sur l’organisation du service et, in fine, sur la qualité de prise en charge des patients. Rien n’empêche l’établissement de communiquer, via un affichage judicieusement déployé, sur le fait que son personnel est « régulièrement » sensibilisé au risque de vol de matériel. La dissuasion est une précieuse alliée.
     
  4. En appliquant des règles simples : Dès que possible, limiter l’accès au matériel en le rangeant en lieu sûr après son utilisation. La vigilance accrue de l’ensemble du personnel dans ces zones est fondamentale et dépendante d’un dispositif formalisé (qui alerter et par quels moyens ?) leur facilitant le signalement :
     
    1. De comportements suspects,
    2. D’allées et venues d’individus,
    3. De toute présence inhabituelle dans une zone réputée sécurisée.

Dans des affaires précédentes, de l’avis des enquêteurs, les malfaiteurs auraient été bien renseignés. Les enquêteurs n’excluent donc pas, dans ces cas-là, une collaboration en interne. La meilleure parade préventive est, bien entendu, la confiance…et, pourquoi pas, dans le livret d’accueil ou lors de la sensibilisation du personnel, un bref rappel du code pénal précisant les peines encourues en cas de complicité de vol. [Cf. Code pénal : Articles 121-6 ;121-7 ;311-3, 311-4].

Pour conclure

Ces réseaux de malfaiteurs sont déterminés, agissez avant eux pour les décourager, car même si le risque zéro n’existe pas, les cibles faciles seront les plus exposées.

En savoir plus

Si vous désirez en apprendre plus sur les différents risques que doit prendre en compte un établissement de santé, voici quelques articles qui pourront vous intéresser :

Merci de votre intérêt pour le travail des préventeurs Sham. Si la thématique de management de risques en établissements de santé vous intéresse, n'hésitez pas à consulter le travail de nos experts sur le plan de prévention des risques en milieu hospitalier.