Aller au contenu principal

menu
Menu

Nos experts partagent leur connaissance de l’environnement et vous accompagnent dans la compréhension des sujets d’actualités.

Retrouvez l'ensemble des publications de Sham.

Sham

6 min | le 21/07/20

Risques nouveaux et incertitudes au sein du GHT

D’un premier abord, la mise en place des GHT (Groupements Hospitaliers de Territoire), au travers la définition de parcours de soins gradués et la spécialisation des Centres Hospitaliers, apparaît comme un point extrêmement positif en termes de maîtrise du risque médical et donc de service rendu à l’usager. Néanmoins, à terme, la transformation des organisations génère des risques différents.

Une nouvelle organisation pour des risques nouveaux

La mise en oeuvre d’une offre de soins graduée par filière de soins, la définition au sein d’un projet médical partagé de la permanence et la continuité des soins, les modalités de mise en place de consultations avancées, le nouveau parcours de santé et ses nouvelles coopérations médicales sont autant d’éléments qui placent les établissements dans des situations inédites :

"Aujourd’hui, nous sommes habitués en termes d’indicateurs ou via la certification à apprécier la sinistralité par établissement, mais demain cette sinistralité ne pourra plus s’apprécier uniquement à l’échelle d’un seul établissement, et devra probablement être mesurée à l’échelle du GHT et du parcours patient. Il est tout à fait possible de voir le risque se déporter sur la coordination des parcours à l’intérieur du GHT, ou même de voir des risques liés à l’augmentation des déplacements des équipes, notamment médicales, avec des distances longues à parcourir."

 

Zaynab RIET, Déléguée générale de la FHF (Fédération Hospitalière de France)

Mise en place de filières de soins

En premier lieu, la mise en place de filières des soins pose la question des points d’interface. Dans son rapport de mars 2017 « Groupements Hospitaliers de Territoire et santé publique », le Haut Conseil de la Santé Publique soulignait ainsi la problématique :

« Les points de fragilité d’une filière de soins en termes de qualité des soins et de sécurité des patients sont particulièrement marqués aux interfaces des étapes élémentaires de ces parcours, c’est-à-dire aux moments où les patients sont confrontés à des équipes différentes, des organisations différentes, voire à une culture différente ».

Un constat partagé par les acteurs hospitaliers eux-mêmes, s’agissant en particulier de la transmission d’informations et du suivi du dossier patient :

Dr Thierry GODEAU, Président de la Conférence Nationale des Présidents de CME des Centres Hospitaliers

"Avec le GHT, on retrouve des problématiques similaires à celles qui existent entre la ville et l’hôpital : des ruptures de parcours avec une absence d’informations liées au suivi du dossier…"

Dr Cynthia GARIGNON, Médecin coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins au Centre Hospitalier de Saint-Brieuc

"Aujourd’hui notre point de vigilance majeur dans la mise en place des parcours de soins, c’est clairement la transmission des informations dans le cadre d’un parcours patient inter-établissements. On retrouve les mêmes risques que pour n’importe quel acte technique, mais du fait d’un parcours GHT, le risque essentiel est la perte d’informations."

Philippe BLUA, Directeur du Centre Hospitalier de Troyes

"Le GHT a plutôt mis en exergue des risques existants. Par exemple, en réalisant une cartographie des risques, on s’est rendu compte que les transferts inter-établissements présentaient des risques importants de coupures, notamment pour le suivi du dossier médical."

Jean-Roger PAUTONNIER, ancien Directeur du Centre Hospitalier intercommunal de Cornouaille Quimper-Concarneau

"Les systèmes d’information sont des facteurs de risques, de ruptures dans la chaîne d’informations du parcours, mais avoir un système opérationnel et partagé nécessite du temps et un investissement conséquent. Cela crée forcément des facteurs de risques."

Organisation commune des activités médico-techniques

En second lieu, l’organisation en commun des activités médico-techniques, à savoir les activités de :

  • biologie médicale,
  • d’imagerie diagnostique et interventionnelle,
  • ainsi que la pharmacie à usage intérieur (PUI).

Cette organisation en commun oblige également à repenser l’articulation entre les professionnels et implique une vigilance particulière de la part des établissements.

La mise en commun de certains équipements et la mutualisation des plateaux techniques peuvent nécessiter de regrouper les équipes médicales et paramédicales concernées et de repenser de manière plus globale les organisations.

organisation activité médico-technique ght

De surcroît, la réorganisation du circuit du médicament à l’intérieur du GHT, comme toute réorganisation, nécessite d’adapter le management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse et la gestion des risques associés aux soins, en particulier pour prévenir l’iatrogénie médicamenteuse.

Enfin, une attention particulière devra être également portée à l’activité d’imagerie, tant sur les risques liés aux dysfonctionnements qu’aux exigences de qualité et sécurité spécifiques, notamment en matière de radioprotection.

Risques liés à la mutualisation de certaines fonctions hospitalières

En troisième lieu, apparaissent également des risques nouveaux liés à la mutualisation de certaines fonctions supports et au changement d’échelle. Un point que nous explique un ancien manager à l’ANAP :

"L’organisation en territoire peut en elle-même introduire de nouveaux risques. C’est l’un des points sur lesquels nous essayons d’attirer l’attention des établissements en leur demandant : à partir du moment où vous décidez de travailler ensemble, quels sont les risques ou les nouveaux risques que vous allez générer ou devoir affronter et comment vous y préparer au mieux ?


La question de l’organisation de la logistique ou celle des systèmes d’information sont des exemples tout à fait significatifs. En effet, l’harmonisation des pratiques à l'échelle du GHT et des fonctions telle que la logistique, ou la mutualisation de la stérilisation à l’échelle des établissements d’un territoire, crée des risques nouveaux dans la mesure où on étend à l’ensemble d’un territoire les conséquences possibles d’un dysfonctionnement, sans possibilité d’entre-aide, ou de dépannage entre les établissements. C’est un exemple de problématique nouvelle qui n’existait pas quand chaque établissement travaillait de manière indépendante."

 

Alain Arnaud, ancien manager à l'ANAP

Ces risques nouveaux impliquent donc de redéfinir une nouvelle approche de la responsabilité médicale et de sa répartition, s’agissant de risques inhérents à l’organisation même du GHT.  Si vous êtes intéressés par cette thématique, n'hésitez pas à consulter le travail des experts Sham sur le management des risques à l'échelle du GHT