Aller au contenu principal

menu
Menu

Nos experts partagent leur connaissance de l’environnement et vous accompagnent dans la compréhension des sujets d’actualités.

Retrouvez l'ensemble des publications de Sham.

Sham

5 min | le 29/04/20

Visite des familles dans les EHPAD : comment les organiser ?

Visite des familles dans les EHPAD : découvrez les différentes conditions (organiser la visite des proches, assurer la sécurité de la visite...).

Dans les suites de l’annonce du président de la République et en complément du communiqué de presse diffusé le 16 juin sur la mise en œuvre d’une phase supplémentaire de déconfinement dans les EHPAD et USLD, la DGCS a diffusé une procédure relative au retour à la normale dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPAD, USLD et résidences autonomie).

Ce protocole ministériel indique que si le contexte local le permet, les visites peuvent désormais se dérouler sans rendez-vous, le cas échéant au sein de plages horaires définies par l’établissement.

Le protocole  prévoit : 

1- Des conditions préalables à la visite des proches 

 

  • la demande de visite doit émaner du résident, ou de sa famille le cas échéant ;
  • les proches doivent remplir une demande écrite de rendez-vous. Dans ce cadre, ils doivent être informés, en amont, de l’ensemble des règles d’organisation des visites qu’ils doivent s’engager à respecter, sous peine de suspension de visite, à savoir :  
    •  l’ensemble des visites doivent être enregistré dans un registre dédié (archivé par la direction de l’établissement)
    • les proches doivent signer une charte de bonne conduite par laquelle ils s’engagent à respecter l’intégralité du protocole et des mesures sanitaires ; 

A noter que les visiteurs peuvent désormais être mineurs, s’ils portent un masque et sont en capacité de respecter les gestes barrières. Il est souhaité que les mineurs de moins de quinze ans soient accompagnés d’un majeur.
 

2- Des conditions de sécurité pour assurer la sécurité de la visite 

 

Deux impératifs doivent être respectés : les gestes barrière et mesures de distanciation physique et les garanties d’une double circulation (à aucun moment visiteur et résidents ne doivent se croiser dans l’établissement et les visiteurs ne doivent pas être amenés à croiser d’autres résidents).

  • A l’arrivée des visiteurs, il doit être procédé (a minima) :
    • au lavage des mains ou utilisation de solutions hydro-alcooliques ;
    • au renseignement d’un "auto-questionnaire" pour confirmer l’absence de symptômes ; 
    • au port de masques chirurgicaux, apportés par les proches ou, si possible, mis à disposition par les établissements
  • Le bon déroulement de la visite implique les consignes suivantes (a minima) : 
    • le respect d’un circuit sécurisé (absence de contact); 
    • le nombre de visites simultanées es fixé en fonction de la capacité de l’établissement ;
    • le respect de la distance physique d’au moins 1,50 m, avec matérialisation si possible (grande table, décoration végétale, séparation mobile vitrée ou plexiglass). 
    • l’interdiction de toute échange d’objets ou de denrées.
  • A la fin de la visite des consignes doivent être respectées (a minima) : 
    • nettoyage des surfaces entre chaque visite 
    • respect du circuit des déchets d'activités de soins à risques infectieux (DASRI).

Pour assurer ces mesures de sécurité, il est nécessaire qu’un professionnel puisse accueillir les proches et rappeler les consignes.

 

3-    Des conditions relatives au lieu de rencontre 

 

Trois possibilités de lieu de rencontre sont envisagées selon cet ordre de préférence : 

  • Les rencontres en extérieur qui sont à privilégier (terrasse, jardin...) 
  • Un espace dédié au rez-de-chaussée de l’établissement, avec entrée indépendante pour les visiteurs (salons, salles de restaurant, éventuel accueil de jour) en deuxième intention ;
  • En chambre en raison de l’état de santé du résident, en dernier recours et sous conditions : 
    • deux personnes maximum à la fois,
    • modalités spécifiques pour créer un univers structuré et sécurisé au niveau des risques pandémiques.

Il est mis fin à la condition de présence continue d’un professionnel de santé.