Aller au contenu principal

menu
Menu

Nos experts partagent leur connaissance de l’environnement et vous accompagnent dans la compréhension des sujets d’actualités.

Retrouvez l'ensemble des publications de Sham.

Sham

5 min | Published le 12/04/22 - Dernière mise à jour le 22/04/22

Comment favoriser la prévention de l’usure professionnelle et des arrêts longs ?

Le vieillissement des collaborateurs, le recul de l’âge de départ à la retraite et l’usure professionnelle entraînent des arrêts de plus en plus longs. Accompagner les collaborateurs dans ce contexte : tout au long de l’arrêt, mais également lors du retour à l’emploi, est un enjeu pour les établissements de santé et médico-sociaux.

Dans un contexte où le vieillissement de la population active et l’allongement de la vie professionnelle s’accroit, où une grande partie des métiers génèrent de l’usure professionnelle : comment faire en sorte que les personnels aient une fin de carrière active et comment accompagner des situations de collaborateurs qui sont en arrêt long ?

Qu’est-ce que l’usure professionnelle ?

L’usure professionnelle est un processus qui n’apparait pas spontanément, mais qui est souvent la conjonction d’un facteur d’altération de la santé, combiné à un facteur de vieillissement

Selon l’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail), l’usure professionnelle est : « un processus d’altération de la santé lié au travail qui dépend du cumul et/ou de combinaisons d’expositions de la personne à des contraintes du travail qui peuvent être de natures diverses :
 

Situations d’hyper-sollicitation :

physique, cognitive et/ou psychique

Situations répétées d’activités empêchées :

activités entravées, adéquations ressources/objectifs

Situations de sollicitation à des expositions et des nuisances :

physiques, physicochimiques, etc.

Ces contraintes sont à mettre en lien avec le processus de construction de la santé par des régulations, des marges de manœuvre (collectif, expérience, etc.) et des facteurs de construction (sens, utilité, métier, etc.) ».

Au regard de ces éléments, prendre soin de ceux qui nous soignent / accompagnent, se préoccuper des conditions de réalisation du travail sont des enjeux primordiaux. 

Comment passer à l’action ?

Au-delà du constat qui est largement alimenté et partagé par les publications et travaux de recherche, les réponses à apporter sont moins simples, et pour autant des actions peuvent être mises en œuvre. 
 

Une approche pluridisciplinaire :

doivent interagir entre elles toutes les compétences, qu’il s’agisse :

  • des services de médecine préventive,
  • des services d’expertises médicales,
  • des services RH,
  • des ergonomes,
  • des psychologues du travail,
  • des assistants et conseillers de prévention,
  • des représentants du personnel,
  • des managers…

La solution unique n’existant pas, chacun peut avoir un bout de la solution.

Une approche globale du Management des risques liés à l’usure professionnelle

Connaitre et analyser les situations d'usure professionnelle, cela signifie :

  • Réaliser et s’appuyer sur l’évaluation des risques professionnels,
  • Suivre et connaitre les indicateurs RH (absentéisme, évolution de la pyramide des âges, évolution des restrictions d’aptitudes…),
  • Identifier les compétences et les difficultés lors des entretiens d’évaluations,
  • Mettre en place des entretiens à mi carrière,

Anticiper et améliorer les conditions de vie au travail, c’est notamment :

  • Anticiper les carrières longues et travailler sur l’employabilité des collaborateurs,
  • Former les managers / former les équipes,
  • Etablir des espaces pour discuter du travail et de son amélioration,
  • •    …

Réagir et limiter l’impact, c’est-à-dire accompagner les agents en arrêt, cela consiste en :

  • Accompagner l’agent pendant son arrêt (mise en place de rituels avec le manager, accompagnement psychologique, etc.),
  • Préparer l’agent à la reprise et / ou l’accompagner dans un nouvel emploi (aménagement de poste, bilan de compétences, programme de reclassement, PPR…),
  • Accompagner la reprise (mise en place d’entretien de ré-accueil, temps de formations…).

Travailler sur l’usure professionnelle et la prévention des arrêts longs, c’est appliquer une méthode globale de Management des risques.