Aller au contenu principal

menu
Menu

Nos experts partagent leur connaissance de l’environnement et vous accompagnent dans la compréhension des sujets d’actualités.

Retrouvez l'ensemble des publications de Sham.

Sham

6 min | Published le 30/01/21 - Dernière mise à jour le 11/06/21

Comment sécuriser la vaccination en EHPAD et USLD ?

La première phase de la campagne de vaccination est ciblée sur : 

  • les personnes âgées résidant dans des établissements d’hébergement collectif, ce qui recouvre les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et les unités de soins de longue durée (USLD) en priorité, mais aussi d’autres lieux d’hébergement de personnes âgées comme les résidences autonomie et les résidences services seniors ; 
  • les professionnels exerçant dans ces établissements et présentant eux-mêmes un risque de forme grave de Covid-19. 

Mis à jour le  : 30/12/2020

Afin d’accompagner les établissements concernés le Ministère de la Santé a diffusé fin décembre un Guide explicitant l’organisation de la vaccination en EHPAD et USLD.
Ce guide de 45 pages est destiné aux acteurs concernés (ARS, fédérations du secteur du grand âge, fédérations hospitalières, représentants des professionnels de santé et des associations de patients). 

Le ministère annonce des actualisations régulières du document. En l’état, le guide détaille :

  • la préparation de la campagne
  • la consultation pré-vaccinale et le recueil du consentement, 
  • les moyens nécessaires pour les séances de vaccination avec le vaccin Pfizer (détails logistiques liés aux conditions particulières de conservation de ce vaccin)
  • l’organisation d’une séance de vaccination
  • la pharmacovigilance et le suivi post-vaccinal

Préparation de la campagne de vaccination

Le guide invite les établissements à anticiper autant que possible la campagne de vaccination.
Il dégage en ce sens 9 actions prioritaires :

1/ Créer une instance de pilotage de la vaccination au sein de chaque établissement associant le directeur, le médecin coordonnateur, un médecin référent covid, un cadre de santé ou IDEC, un coordonnateur administratif ;

2/ Informer les résidents, les professionnels et les proches aidants et familles des critères d’accès à la vaccination dans le cadre de la première phase de la campagne, mais aussi des principes et des grandes étapes à venir. Le guide propose en ce sens d'encourager les résidents qui le souhaitent à désigner une personne de confiance pour les accompagner lors de la consultation prévaccinale et participer au recueil du consentement.

3/ Délivrer la même information aux instances de gouvernance (CVS, CRU, CSE ou CHSCT)

4/ Identifier des ressources médicales, paramédicales, matérielles et administratives nécessaires à la planification et à la réalisation des consultations pré-vaccinales

5/ Planifier les consultations pré-vaccinales devant permettre la prescription du vaccin. Cette étape est double et consiste d’une part à informer les médecins traitants de la nécessité de réaliser ces consultations et identifier ceux d’entre eux qui ne pourront pas les réaliser, pour mobiliser en conséquence le médecin coordonnateur ou un autre médecin en appui.
Il s’agit d’autre part, d’inviter les professionnels à consulter leur médecin traitant ou le médecin du travail s’ils entrent dans les critères définis par la HAS pour la première phase, et informer les autres de leur possibilité de consulter pour se voir prescrire le vaccin dans l’éventualité où des doses surnuméraires seraient disponibles le jour de la vaccination.

6/ Vérifier la disponibilité des outils nécessaires à la préparation et au suivi de la vaccination dans le système Vaccin Covid qui ouvrira à compter du 4 janvier. 

7/ Identifier des ressources médicales, paramédicales, matérielles et administratives nécessaires à la réalisation de la vaccination elle-même, dans des délais resserrés à compter de la réception des vaccins (de l’ordre de 72 heures maximum)" sachant que "la date maximale précise d’utilisation des doses sera indiquée lors de la livraison".

8/ Etablir, dans le respect du secret médical, la liste des candidats potentiels à la vaccination (résidents et professionnels), au plus tard 5 jours avant la date de la livraison, pour pouvoir communiquer à l’interlocuteur de référence (PUI ou officine de rattachement), le nombre précis de doses nécessaires.

9/ Enfin, réaliser un test à blanc du parcours vaccinal en établissement.

Consultation pré-vaccinale et recueil du consentement

Le guide rappelle que la vaccination contre la Covid-19 est réalisée sur prescription médicale et précédée d’une consultation pré-vaccinale réalisée par le médecin traitant ou, à défaut, en priorité par le médecin coordonnateur ou un autre médecin en cas d’indisponibilité des deux premiers. 

Cette consultation peut être réalisée sur place ou, si cela n’est pas possible, à distance, en téléconsultation avec ou sans vidéotransmission. 

La consultation pré-vaccinale devra être réalisée 5 jours au plus tard avant le démarrage de la vaccination afin de faire remonter le nombre de doses nécessaire.

L’objectif de cette consultation pré-vaccinale est:

  • d’identifier l’absence de contre-indication temporaire ou définitive à la vaccination et de déterminer le bénéfice risque de la vaccination pour les patients ou résidents 
  • d’apporter les éléments d’informations nécessaires (bénéfice/risque, effets secondaires connus, etc) pour que la personne puisse exprimer son choix de se faire vacciner ou non. 

Les éléments de cette consultation pré-vaccinale seront consignés:

  • dans le dossier médical de la personne ; 
  • et dans le système d’information de suivi de la vaccination (VACCIN COVID). 

S’agissant du recueil du consentement à la vaccination, le guide du ministère rappelle que celui-ci doit s’effectuer « dans le cadre du droit et des règles habituelles » ; c’est-à-dire après qu’une information claire, loyale et appropriée ait été délivrée à la personne. Ainsi, cette dernière pourra émettre un consentement libre et éclairé. 
La question plus spécifique du recueil du consentement de la personne souffrant de troubles cognitifs est également abordée dans les annexes du guide, et développée dans la question de notre FAQ « Comment recueillir le consentement à la vaccination des résidents ?».

Réalisation de la vaccination

  • Professionnels susceptibles de participer à la vaccination

Le décret n° 2020-1691 du 25 décembre 2020 précise que tout professionnel de santé, exerçant ses fonctions à titre libéral ou non, ou tout étudiant en santé, peut participer à la campagne vaccinale dans la limite de ses compétences en matière de vaccination.
Le médecin coordonnateur en Ehpad peut prescrire et administrer les vaccins aux résidents et aux personnels de l'établissement dans lequel il exerce. Les médecins traitants des résidents doivent être informés des prescriptions réalisées.
Le texte précise également que par dérogation au Code de la santé publique, les injections peuvent être réalisées par un infirmier à condition qu'un médecin puisse intervenir à tout moment. Il fait en ce sens écho aux dispositions du Guide qui prévoit que la « préparation et l’administration du vaccin est assurée par des IDE dédiés à cette mission, à condition qu’un médecin puisse intervenir à tout moment ».
Enfin, le guide prévoit la possibilité de renforts externes avec l’appui des ARS. 

  • Déroulement de la vaccination

La préparation des uni-doses à partir des flacons multi-doses est réalisée en salle de soins et l’injection sera réalisée, selon le public (personnes plus ou moins dépendantes, personnels) dans un local adapté ou en chambre en respectant scrupuleusement les précautions d’hygiène en vigueur actuellement (gestes barrières, bionettoyage). 
Avant chaque vaccination, il est nécessaire : 

  • de s’assurer de l’identité de la personne (identito-vigilance)
  • de vérifier que la personne ne présente pas une contre-indication temporaire à la vaccination, qu’elle a bénéficié d’une consultation de pré-vaccination et que le choix a été formulé. 

En cas de difficulté d’ordre médical, l’astreinte hospitalière gériatrique habituelle de l’établissement mise en place depuis le début de la crise sanitaire doit être sollicitée. 

La traçabilité des injections doit être réalisées dans VACCIN COVID.

Gestion des aléas

Enfin, le guide recommande aux établissements de prévoir une “marche à suivre” s’agissant de la gestion des aléas susceptibles de survenir le jour de la vaccination et donne une liste indicative des éléments susceptibles de survenir (date de péremption dépassée, manque de doses, absence de personnels, retrait du consentement, …).

Suivi post-vaccinal

Le guide revient sur la gestion des manifestations cliniques post-vaccinales immédiates et sur les modalités de leur déclaration. Il incite enfin les établissements à être une particulièrement attentifs à la pharmacovigilance. 

En savoir plus sur la gestion des risques en ESMS

En période de crise sanitaire Covid-19, les risques pour les établissements sociaux et médico-sociaux ne font qu'augmenter : si la gestion et la prévention de ces risques vous concernent, ou vous intéressent, les articles suivants sont pour vous :

Pour compléter l'information, les experts de la santé Sham mettent également à votre disposition un article concernant le Medical Team Training, nouvelle réponse liée à la gestion des risques humains et au travail en équipe.